Finaltis | Explore . Partner . Invest

Politique ESG de Finaltis

L'ESG au coeur de l'investissement de Finaltis, depuis l'origine.

L’intégration des risques extra-financiers est au centre de l’investissement de Finaltis, notamment en actions, les actifs placés au cœur de 5 des 6 OPCVM et de l’ensemble des mandats gérés par Finaltis. La recherche de la pérennité de la croissance des entreprises, qui est le cœur de la philosophie d’investissement de Finaltis, ne peut se faire sans intégration des enjeux extra-financiers qui sont en réalité des risques financiers futurs pour nos porteurs.

Finaltis est signataire des UN-PRI depuis juillet 2018 ; le dernier rapport émis par UN-PRI (en 2023, au titre de 2022) est disponible ici.
Finaltis - PRI

Les FCP* de droit français gérés par Finaltis - Finaltis EfficientBeta™ Euro et Finaltis Titans ainsi que le compartiment Digital Leaders de la SICAV luxembourgeoise Finaltis Funds sont d’ores et déjà classifiés SFDR 8. Les compartiments de Gold et Europe Selection de la SICAV luxembourgeoise Finaltis Funds sont classifiés SFDR 6. Par ailleurs, le 1er juillet 2022, le FCP Finaltis EfficientBeta™ Euro a obtenu le label ESG Luxflag.

Logo LuxFlag ESG

Lors de la formalisation de sa politique ESG, Finaltis a préféré éviter l’approche uniforme, qui aurait consisté à appliquer le même processus à chacun des fonds. La conviction de Finaltis est qu’il est nécessaire de disposer d’un socle ESG commun, puis de définir une méthode adaptée à chaque processus et à chaque univers d’investissement. Il semble en effet évident que les enjeux ESG d’un fonds d’investissement en valeurs digitales et d’un fonds investissant en actions de mines aurifères sont différents.

Le rapport Finaltis conforme à l'article 29 de la Loi Energie Climat est disponible ici.

Un socle ESG commun à l’ensemble de l’investissement en actions de Finaltis :
Finaltis a défini un socle ESG commun qui s’articule autour d’une politique d’exclusions communes (de 3 types) et d’une politique d’engagement actionnarial actif :

  1. Des exclusions normatives : non-respect de la Convention d’Oslo ou du Traité d’Ottawa : Finaltis exclut les entreprises impliquées dans la production ou la distribution des mines anti-personnel et des armes à sous-munitions.
  2. Exclusions sectorielles : Finaltis exclut les entreprises dont plus de 10% du chiffre d’affaires provient du charbon.
  3. Des exclusions électives : Le Comité ESG de Finaltis décide d'une liste d'exclusions sur la base du comportement (i.e. conduct-based exclusion) en se référant aux analyses de Norges Bank Investment Management, qui gère le plus grand fonds souverain au Monde et est un pionnier de l'investissement ESG, et des analyses dédiées de l’équipe ESG de Finaltis. Ces sociétés sont considérées comme contribuant à la commission ou responsables des actes suivants :
    • Violations graves ou systématiques des droits de l'homme, telles que le meurtre, la torture, la privation de liberté, le travail forcé et les pires formes de travail des enfants ;
    • Violations graves des droits des individus en situation de guerre ou de conflit ;
    • Dommages environnementaux graves ;
    • Actes ou omissions qui, au niveau global de l'entreprise, entraînent des émissions de gaz à effet de serre inacceptables ;
    • Corruption ;
    • Autres violations particulièrement graves des normes éthiques fondamentales.
  4. Un engagement actionnarial actif : Finaltis souhaite engager un dialogue actionnarial avec les sociétés détenues dans les OPC. Ce dialogue peut impacter l’exercice des droits de vote ou conduire à un allégement ou à l’exclusion de certaines valeurs. Ce dialogue peut être déclenché par :
    • Un manque de transparence
    • Une alerte de controverse
    • Un risque ESG spécifique
    • ...
    Le dialogue s’exerce aussi avec les gérants d’OPC détenus dans le cadre de la gestion sous mandat, afin d’évaluer leur prise en compte des critères extra-financiers dans leur processus de gestion.

  1. Gestion quantitative et systématique en actions (FCP Finaltis EfficientBeta™ Euro) :
    • approche Best in class : Un filtre discriminant de type « Best in Class » a été mis en place depuis 2018 : Sont ainsi exclus les titres dont les notations ESG appartiennent au quartile le moins bon de leur secteur. Grâce à cette approche élaborée par Finaltis, la note ESG globale du portefeuille du FCP Finaltis EfficientBeta™ Euro est substantiellement améliorée sans biaiser sectoriellement l’allocation du portefeuille.
    • Exclusions normatives et sectorielles renforcées : Le FCP Finaltis EfficientBeta™ Euro ajoute à la liste d’exclusion les valeurs impliquées dans des activités controversées (armement controversé, jeux d’argent, tabac, drogues illégales) ou mettant insuffisamment en œuvre les 10 principes du UN Global Compact.
      La politique d'exclusion du FCP Finaltis EfficientBeta™ Euro est disponible ici.
    • Dialogue actionnarial systématisé : Afin de respecter le caractère agnostique de la gestion quantitative, la sélection des valeurs à engager est réalisée par un filtre automatique sur le niveau de controverses de chaque valeur. Le comité ESG décide alors collectivement de l’angle à donner au dialogue avec la société, sur proposition des analystes ESG.
      La politique d'engagement du FCP Finaltis EfficientBeta™ Euro est disponible ici.
    • Vote systématique : Depuis novembre 2021, Finaltis exerce 100% des droits de vote des valeurs détenues par le FCP Finaltis EfficientBeta™ Euro lors des assemblées générales.
  2. Gestion discrétionnaire du FCP Finaltis Titans, et des compartiments Digital Leaders et Europe Sélection de la SICAV luxembourgeoise Finaltis Funds : Le risque « idiosyncratique » ESG est pris en compte lors de l'analyse discrétionnaire des gérants qui connaissent parfaitement les valeurs de leur univers. En effet, l’ADN de la gestion discrétionnaire en actions de Finaltis repose sur la recherche d’une croissance (ou d’une surcroissance dans le cas du compartiment Digital Leaders) pérenne et de modèles de développement respectueux de l’ensemble des parties prenantes de l’entreprise (clients, fournisseurs, salariés, actionnaires, états, ...) donc de son « environnement » au sens le plus large, tant il paraît incompatible de soutenir une croissance durable sans respecter les meilleures pratiques en matière ESG ; de fait, avant même toute intégration explicite des critères ESG (notes ESG, PIN, etc...), les portefeuilles des gestions discrétionnaires en actions de Finaltis obtiennent d’excellentes notes ESG agrégées. A côté de cette intégration du risque ESG individuel de chaque valeur, Finaltis maitrise le risque ESG global du portefeuille en appliquant une approche en amélioration de note, l’objectif étant d’obtenir une note supérieure à celle de l’univers après élimination du pire quintile (20%). Cette approche permet de s’attacher à (i) l’ensemble des critères extra-financiers avec un égal intérêt, qu’il s’agisse d’environnement, de social & sociétal tout autant que de gouvernance, à (ii) la dynamique de ceux-ci (gestion des controverses), et de s’astreindre à (iii) un cadre objectif et mesurable, avec une méthode quantitative conforme aux à l’histoire, aux exigences et aux compétences de Finaltis.
  3. Gestion discrétionnaire du compartiment Gold de la SICAV luxembourgeoise Finaltis Funds : Au-delà du socle ESG commun décrit précédemment ayant par exemple conduit le Comité ESG de Finaltis à exclure de l’univers d’investissement la deuxième minière aurifère mondiale, Barrick Gold, une approche permettant de mieux maîtriser les risques ESG très spécifiques des sociétés minières aurifères a été définie.

    Finaltis applique ainsi une modulation quantitative de l’allocation à chaque valeur, qui est fonction de la note ESG et d’autres critères extra-financiers. Par exemple, le risque « pays », qu’il s’agisse du pays de direction de l’entreprise ou du pays de situation des installations d’extraction, est très élevé, ce qui a conduit Finaltis à appliquer des exclusions juridictionnelles. A ce titre, Finaltis a décidé de se désinvestir totalement et immédiatement des valeurs chinoises et russes dès la reprise de la gestion du compartiment le 8 novembre 2021.


    Par ailleurs, le secteur de l’extraction aurifère présente des risques particuliers d’impacts négatifs sur la biodiversité (PAI7) et d’émissions dans l’eau (PAI8). Finaltis est particulièrement vigilant sur ces impacts négatifs, par exemple en surveillant les controverses « significatives » ou « hautes » sur ces thèmes et en excluant (sauf exception dûment confirmée en Comité ESG) les entreprises présentant des controverses « critiques ».

(*) à l’exclusion du FCP CYRIL SYSTEMATIC, dont Finaltis est devenue société de gestion le 1er février 2022 (Cf. actualité du 1er février 2022) , la prise en compte de critères ESG ne pouvant en l’état s’appliquer à des investissements sur les marchés à terme.

Actualités ESG